Comment les particuliers fortunés font évoluer la gestion de patrimoine

Comment les particuliers fortunés font évoluer la gestion de patrimoine

Comment les particuliers fortunés font évoluer la gestion de patrimoine

1192 642 Cabinet Farout

Le visage des particuliers très fortunés change. Ils attendent du numérique, des outils adaptés à leur mobilité et des investissements durables dans leur patrimoine. Par Jurgen Vanhoenacker – directeur général délégué, direction commerciale et ingénierie patrimoniale – Lombard International Assurance.

Il n’y a jamais eu autant de millennials, de femmes ou de ressortissants de pays émergents parmi les particuliers fortunés et ultra-fortunés qu’aujourd’hui. Et la tendance devrait se poursuivre.

Au cours de cette année, les femmes devraient contrôler 72.000 milliards USD, soit environ 32% de la richesse mondiale, contre 51.000 milliards de dollars en 2015. Les millennials vont quant à eux hériter de 30.000 milliards USD au cours des dix prochaines années. La Chine devrait compter un million de millionnaires de plus d’ici 2023.

Ces particuliers nouvellement fortunés ont des attentes, des ambitions et des objectifs d’investissement très différents des particuliers fortunés issus des générations précédentes. Par exemple, les millennials ultra-fortunés sont davantage susceptibles de demander des services numériques.

Et pourtant, lors d’une enquête réalisée par MyPrivateBanking, 73% des millennials ultra-fortunés ont déclaré ne pas être convaincus par l’application numérique de leur gestionnaire de patrimoine. Preuve que le secteur est encore loin du niveau technologique attendu par les natifs de l’ère numérique en matière de communication. 

Si les relations personnelles et la confiance continuent d’occuper une place importante pour les millennials, ils attendent – et exigent même – une offre numérique fiable, qu’il s’agisse de consulter leur portefeuille sur une application ou de communiquer via un chat avec leur conseiller.

Les professionnels du patrimoine doivent investir dans ce type d’outils technologiques afin de fournir le niveau de service attendu par ce segment de population.

Des outils adaptés à la mobilité croissante des citoyens

Le fameux Knight Frank Wealth Report nous apprend qu’en 2019, 26% des particuliers ultra-fortunés prévoyaient d’émigrer cette année et que 36% d’entre eux détenaient déjà un deuxième passeport.

Il est désormais courant pour des particuliers fortunés de détenir des intérêts commerciaux ou financiers dans un pays, de vivre dans un autre et d’envoyer leurs enfants faire leurs études dans un troisième. Gérer le patrimoine de ces individus à travers plusieurs juridictions est très compliqué pour les professionnels du patrimoine, à la fois d’un point de vue fiscal et d’un point de vue réglementaire. Et ce n’est qu’un aspect des nombreux défis auxquels sont confrontés les clients mobiles à l’échelle mondiale.

Veiller à ce que les membres de leur famille, où qu’ils se trouvent dans le monde, bénéficient du nec plus ultra en matière d’assurance et de protection est également une composante essentielle de ce que les particuliers fortunés attendent de leurs conseillers.

D’ailleurs, étant donné la constante incertitude politique et financière mondiale, ces derniers auront également besoin de l’expertise nécessaire pour signaler à leurs clients dont la mobilité n’a pas de frontière quelles sont les évolutions réglementaires probables et comment elles pourraient les affecter.

Des placements à caractère durable

Toutefois, l’innovation technologique à elle seule ne suffit pas à garantir que nous répondons aux besoins des particuliers, dont les préoccupations se concentrent autant sur le caractère durable de leurs choix d’investissement que sur la protection et la préservation de leur patrimoine.

Les millennials et les femmes fortunés sont connus pour attacher une importance particulière au caractère durable d’un investissement, mais aussi pour leur volonté d’investir dans un but précis.

Selon l’Economist Intelligence Unit, 56% des femmes ultra-fortunées au Royaume-Uni pensent que la capacité à générer des changements à travers des investissements à impact sociétal (impact investing) devient inhérente à la définition de la richesse patrimoniale, contre 38% pour les hommes ultra-fortunés.
 
Afin de s’adapter aux exigences en constante évolution de ces segments de population en plein essor, les professionnels du patrimoine devront être en mesure d’offrir la gamme complète des options et opportunités d’investissement répondant aux critères ESG (environnement, social et gouvernance) et à la notion d’impact investing.

À défaut, ils risquent de se désolidariser de la prochaine génération de particuliers fortunés au profit de concurrents ou d’autres canaux d’investissement.

Quels services attendre de vos conseillers ?

Alors que la génération Z a déjà commencé à entreprendre et construire son patrimoine, nous devrons nous poser les questions suivantes : Quelles vont être ses priorités en matière d’investissement ? Quels services et quelle expérience de conseil la nouvelle vague de femmes ultra-fortunées va-t-elle attendre ? Comment les opportunités et les défis soulevés par la mondialisation et l’incertitude politique vont-ils influencer nos clients internationaux dans les années à venir ?

Ce sont des questions fondamentales auxquelles les professionnels du patrimoine doivent répondre afin de s’adapter au mieux à la mosaïque en constante évolution que forment les nouveaux particuliers fortunés.

Nos clients continueront à changer, tout comme leurs besoins et leurs aspirations.

Source : Le Revenu

Laisser une réponse