Warning: Creating default object from empty value in /home/thre8130/cabinet-farout.fr/wp-content/themes/movedo/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Fraudes à la carte bancaire en hausse - comment les éviter

Fraudes à la carte bancaire en hausse – comment les éviter

Fraudes à la carte bancaire en hausse – comment les éviter

600 400 Cabinet Farout

Introduction

La fraude à la carte bancaire est malheureusement un phénomène de plus en plus répandu. En effet, il ne s’est jamais aussi bien porté que de nos jours ! En progression continue depuis maintenant des années, le nombre de victimes est passé à plus de 1,2 millions pour l’année 2016 par exemple. Découvrons les caractéristiques de ces fraudes, les réflexes à avoir et les solutions possibles pour éviter ces désagréments.

La carte bleue, moyen d’escroquerie le plus répandu

Effectuée tous les ans depuis 2010, l’étude « Cadre de vie et sécurité » de l’ONDRP dévoile l’évolution de l’escroquerie bancaire. Effectivement, elle montre notamment que le nombre de victimes a explosé depuis une dizaine d’années (500 000 en 2010, 1,2 millions en 2016). Voici les raisons qui expliquent ce phénomène :

  • – Augmentation des transactions via carte bleue sur le web (engouement pour le e-commerce)
  • – Absence de vigilance très fréquente, permettant diverses méthodes de phishing
  • – Gros attrait des délinquants pour ce type d’arnaques, moins risqués que d’autres activités interdites.

Dans la plupart des cas, les malfaiteurs récupèrent les codes de carte bancaire pour faire des achats sur le web. Les distributeurs de billets piratés ne représentent que 7% des fraudes.

En 2016, un rapport de l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement avait révélé que la fraude sur la totalité des facilités de paiement effectués en France était de l’ordre de 800 millions d’euros. L’étude s’attardait sur 4,8 millions de transactions. La fraude à carte bancaire l’escroquerie la plus utilisée, le chèque venant en seconde position. Environ ⅔ des préjudices sont situés en-dessous du seuil de 300 €, 13% seulement au-dessus de 1 000 €. Point important : Sachez que la banque a l’obligation de vous rembourser le montant du préjudice, sauf si elle peut prouver votre négligence.

Quels réflexes faut-il avoir ?

Afin d’éviter les escroqueries, voici quelques conseils à suivre :

  • Protégez votre PC au moyen d’un antivirus de qualité ;
  • Connectez-vous sur des réseaux web de confiance ;
  • Soyez vigilant sur la réception de vos mails. Ne cliquez surtout pas sur un lien qui vous semble suspect ;
  • Lors d’un paiement effectué sur le net, vérifiez la présence du « https », le « s » voulant dire « sécurisé » ;
  • Sur le web, servez-vous des facilités de paiement alternatifs proposées par certaines banques comme par exemple la carte bancaire virtuelle et ponctuelle valable pour une opération.

Sachez que si vous êtes victime d’une escroquerie à la carte bancaire, il existe tout d’abord la plateforme de signalement nommée « Perceval » permettant de vous simplifier les démarches. Vous remplissez un formulaire sur le portail service-public. Vous obtenez automatiquement un récépissé à fournir à votre établissement bancaire pour la demande de remboursement. Perceval offre la possibilité aux services d’enquête de bénéficier d’une vue pertinente et complète de la fraude à la carte bancaire. En outre, le site Thésée dédiée aux victimes d’escroqueries devrait être bientôt en ligne.

Ne pas oublier

  • Faire opposition : Si vous avez été victime d’une fraude, contactez le centre d’opposition des cartes bancaires. Puis, prévenez votre banque.
  • Ayez un œil sur vos relevés de comptes : En France, vous disposez de 13 mois pour alerter votre banque sur des prélèvements anormaux. Contactez la rapidement. Si vous réagissez tardivement, on peut vous accuser de négligence, voire même vous tenir responsable. De la réactivité avant tout !
  • Faire une demande de remboursement : La loi oblige les établissements bancaires à rembourser instantanément leurs clients en cas de fraude avérée. En pratique, comptez environ 2 semaines. Si la banque ne s’exécute pas, il est possible de la mettre en demeure de rembourser devant la juridiction compétente.
  • Dernier point à savoir : si la fraude excède 4 000 euros, un avocat peut s’avérer utile, voire nécessaire.

Laisser une réponse