Retraites – Qu’est ce que la pension de réversion ?

Retraites – Qu’est ce que la pension de réversion ?

1499 843 Cabinet Farout

 

Introduction

Voici l’un des points les plus sensibles de la réforme des retraites : que vont devenir les pensions de réversion ? Ces dernières offrent la possibilité aux veufs et aux veuves de bénéficier d’une partie de la retraite de leur conjoint décédé ? Le Président de la République a stoppé le mardi 16 juin les nombreuses rumeurs, en affirmant sur Twitter qu’il n’y aurait pas de baisse des pensions et qu’il n’était pas question de supprimer le système actuel pour les futurs retraités. Une réforme est tout de même en cours. La ministre de la santé Agnès Buzyn a déclaré que les règles en matière de réversion étaient compliquées et qu’elles étaient différentes d’un régime à un autre.

Quel est le principe de la pension de réversion ?

À l’origine, la pension de réversion était destinée aux veuves des agents de la fonction publique. En effet, ces dernières n’avaient pas de retraite, une partie de celle de leur mari leur était donc donnée afin d’assurer le « devoir d’entretien » du conjoint. La pension de réversion a ensuite été étendue au privé. Elle a été intégrée dès 1945 dans le régime général des retraites, puis par la suite étendue aux hommes veufs. La pension de réversion a d’abord était réservée aux individus qui ne touchaient rien. À partir de 1975, il fut possible de cumuler la pension de réversion avec une pension personnelle, sous conditions de ressources.

Qui peut la toucher ?

Le bilan des retraites, établi par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques, distingue les retraites « de droit direct », en lien avec le fait d’avoir cotisé quand on travaillait, des retraites de « droits dérivés », correspondant aux fameuses pensions de réversion.

Sur 17 millions de français retraités, 4,4 millions (ce qui correspondant à 1/4), touchent une pension de réversion.

Montant et critères d’attribution .

Les règles varient en fonction des régimes de retraite :

  • Pour le régime de base des salariés, la pension de réversion s’élève à 54 % de la retraite du défunt ;
  • Pour les organismes complémentaires, on est à 60 % ;
  • Pour les fonctionnaires, la réversion s’élève à 50 %.

En tout, la totalité des pensions de réversion était de 35,8 milliards d’euros en 2013. Cela correspond à 12 % de toutes les retraites versées.

Selon les dernières données dépassées provenant de 2012 sur les bénéficiaires des droits dérivés, les femmes touchent en moyenne 642 euros, contre 304 euros pour les hommes. Ces sommes relativement modestes contribuent à la diminution des inégalités entre les sexes, sachant que par ailleurs il y a près de 39 % d’écart pour les retraites de droit direct (en faveur des hommes donc). On revient à 25 % si on intègre les droits dérivés.

Concernant les critères d’attribution, le droit à une pension de réversion est en lien direct avec le régime de retraite de l’individu décédé, cela aboutissant à des conditions d’octroi très variables. Le mariage, l’âge, les revenus et le statut professionnel sont autant de critères influençant ce droit à réversion.

Laisser une réponse